Pablo Picasso & Françoise Gilot

Picasso et Francoise Gilot / © Robert Capa

Picasso et Francoise Gilot / © Robert Capa


Picasso’s drawing "Portrait of Françoise Gilot", 1946

Picasso’s drawing « Portrait of Françoise Gilot », 1946

http://artmodel.wordpress.com/2008/07/18/francoise-gilot/

DVD « Pablo Picasso – Réminiscences par Françoise Gilot (+ Paul Casals, Jean Derval, Danielle Giraudy, James Lord, Pablo Picasso, Paloma Picasso, Frédéric Rossif, Endré Rozsda, Jonas Salk, Luc Simon, Dina Vierny), » by Françoise Struve-Beckers, 64′, DVD Collection of the musée Maillol, 25 €. Exhibition « De Picasso à Basquiat – Le Feu sous les cendres » (From Picasso to Basquiat – Fire Under the Ashes), musée Maillol, 61, rue de Grenelle, Paris 7th.

In privacy
The work and personality of Pablo Picasso, a major artist of the twentieth century, fascinates, but what do we know of his passionate, incisive and megalomaniac character? Artstudio released a video documentary DVD. Françoise Gilot, his companion from 1945 to 1953 and the mother of his children Claude and Paloma, speaks of the man, his addiction and his curiosity about women, his attraction to power, his pleasure in staging, his immoderate love for the game (a reflection of his inner child), his fertile imagination… A journey to the heart of the artist’s life between Paris and Vallauris. A factual narrative at once tender and uncompromising. SA

————-

DVD « Pablo Picasso – Réminiscences par Françoise Gilot » (+ Paul Casals, Jean Derval, Danielle Giraudy, James Lord, Pablo Picasso, Paloma Picasso, Frédéric Rossif, Endré Rozsda, Jonas Salk, Luc Simon, Dina Vierny), de Françoise Strouvé-Beckers, 1989, 64 mn, collection DVD du musée Maillol, 25 €. Expo « De Picasso à Basquiat – Le feu sous les cendres ». Musée Maillol, 61, rue de Grenelle, Paris 7e.

En toute intimité
L’œuvre et la personnalité de Pablo Picasso, artiste majeur du XXe siècle, fascinent, mais que connaît-on de son caractère passionné, incisif et mégalomane ? Artstudio vient de sortir, en DVD, un documentaire vidéo : Françoise Gilot, sa compagne de 1945 à 1953 et mère de ses enfants Claude et Paloma, y parle de l’homme, de sa dépendance et sa curiosité à l’endroit des femmes, son attirance pour le pouvoir, son plaisir à se mettre en scène, son goût immodéré pour le jeu (reflet de son âme d’enfant), son imagination fertile… Un voyage au cœur de la vie de l’artiste, entre Paris et Vallauris. Un récit factuel à la fois tendre et sans complaisance. SA

Publicités

Yasmina Reza

Yasmina Reza / © Godlis

Yasmina Reza / © Godlis


D.R.

D.R.

http://topics.nytimes.com/topics/reference/timestopics/people/r/yasmina_reza/index.html
http://www.franceinter.fr/emission-le-grand-entretien-yasmina-reza

« Conversations après un enterrement » (Conversations after a burial) by Yasmina Reza, mise en scène Gabriel Garran. Théâtre Antoine-Simone Berriau, 14, bd de Strasbourg, Paris 10th

The Words to say…
Raindrops drumming on the roof of the house… The atmosphere is cozy, intimate, tense. The family members and friends gathered in the living room; alternately seduce and they release their resentment in the painful circumstances of the disappearance of one of them. It tooks time before they get to dare to speak out. Reza words, beautifully expressed by Bernard Verley, Serge Hazanavicius, Mireille Perrier, Jean-Michel Dupuis, Margot Abascal and Josiane Storelu, stumble on a wall of mistrust and intolerance. Everyone is returned to its own truth due to the evocation of the deceased. The memory of the past and those couples that are formed make explode the microcosm, until the return of peace… Beautiful comical scene around the table when the actors peel the vegetables for the pot-au-feu. Grave and charming at the same time. SA

—————-

« Conversations après un enterrement » de Yasmina Reza, mise en scène Gabriel Garran. Théâtre Antoine-Simone Berriau, 14, bd de Strasbourg, 10e

Les mots pour le dire…
Les gouttes de pluie tambourinent sur le toit de la maison… L’ambiance est feutrée, intime, tendue. Les membres de la famille et les amis sont réunis au salon ; tour à tour, ils se séduisent et se libèrent de leurs ressentiments dans les circonstances douloureuses de la disparition d’un des leurs. Il a fallu du temps, avant qu’ils arrivent à oser se parler franchement ! Les mots de Reza, dits magnifiquement par Bernard Verley, Serge Hazanavicius, Mireille Perrier, Jean-Michel Dupuis, Margot Abascal et Josiane Storelu, achoppent sur un mur de méfiance et d’intolérance. Chacun est renvoyé à sa propre vérité sous l’effet de l’évocation du défunt. Le souvenir des unions passées et celles qui se nouent au présent ébranlent le microcosme. Jusqu’à ce que la paix revienne, enfin… Belle scène cocasse des comédiens autour de la table pour éplucher les légumes du pot-au-feu… Grave et charmant à la fois. SA

John Cassavetes

D.R.

D.R.


D.R.

D.R.


Myriam Boyer / D.R.

Myriam Boyer / D.R.


http://www.theatreonline.com/guide/detail_piece.asp?lst_regions=0&i_Programmation=14037&i_Page=2
http://www.froggydelight.com/article-2608-Marc_Goldberg.html

« A Woman of Mystery », John Cassavetes, mise en scène Marc Goldberg (+ Myriam Boyer, Stephen Szekely, Philippe Mercier, Karina Beuthe, Brigitte Damiens). Vingtième Théâtre, 7, rue des Plâtrières, Paris 20e

Adrift Woman
A « homeless » wanders the streets, in bars, apostrophizing passers. Clinging to his single suitcase, she meets by chance his wanderings, a series of colorful characters. They laugh together, seduce, insult sometimes… Myriam Boyer is amazing in the role of a woman facing a harsh reality. She does not easily tamed and always ends up dodging amorous proposals, preferring to retreat into fantasies. Humanity, humor and hope predominate in this play written by John Cassavetes in 1986, shortly before his death. As is often, the author is a woman who casts off and leads us into a sublime shipwreck. SA

——————————–

« A Woman of Mystery », de John Cassavetes, mise en scène Marc Goldberg (+ Myriam Boyer, Stephen Szekely, Philippe Mercier, Karina Beuthe, Brigitte Damiens). Vingtième Théâtre, 7, rue des Plâtrières, 20e.

Femme à la dérive
Une « sans-logis » erre dans les rues, dans les bars, apostrophant les passant. Accrochée à son unique valise, elle croise, au hasard de ses déambulations, une série de personnages bigarrés. Ils rient ensemble, se séduisent, s’insultent parfois. Myriam Boyer est surprenante dans le rôle de cette femme confrontée à une réalité crue, qui ne se laisse pas facilement dompter et finit toujours par esquiver toute proposition amoureuse, préférant se retrancher dans ses fantasmes. Humanité, humour et espoir prédominent dans cette pièce écrite par John Cassavetes en 1986, peu avant sa mort. Comme souvent chez l’auteur, c’est une femme ayant largué les amarres qui nous entraîne dans son sublime naufrage. SA

Troy Von Balthazar

© Eric Segelle

© Eric Segelle

D.R.

D.R.

CD Troy Von Balthazar « Troy Von Balthazar » / Wagram / Bang
http://www.troyvonbalthazar.net
http://myspace.com/troyvonbalthazar

Beautiful troubadour
« I decided to waive all for music. I have no home, no family, no money… I found joy in the music, that’s my concept of happiness. The moments of pure ecstasy that music gives me worth all the sacrifices.” Troy Van Balthazar (extract – Mustique TV / Jerome Colin)

Enter the generous and joyful world of Troy Von Balthazar means take it on the chin. Disinhibition, freedom… Troy jumps and spins, rolling on the scene full of the joy of being there. The rare bird, a native of Hawaii, does everything together: adjusts his sampler, scratch the strings of his electric guitar, singing loudly or shouting like a lewd chat, laughing: « Are you ready to hear a very bad song? » or « I forgot the words of my songs. » His body is a little disjointed and hesitates between the stage and the audience. He tantalizes the first place. He asks a girl: « What’s your name? » And then he recorded his response on a small rotten pocket recorder, returns on stage and makes listen to everyone in microphone. This is a fiasco, but the public likes it. « We have a funny friend, a true poete, who is spent at home, we had a good time. » It’s like that when you discover the phenomenon Troy Von Balthazar, no tricks, not necessary to introduce. Melodies and beautiful lyrics, pop flush with the sidewalk, folk tortured with electro. We think a little Eliot Smith. Chokebore is not far (ex-group of which he was the furious singer), except that Troy Von Balthazar, now solo singer, insists on a directory licked hyper-acoustics, almost stripped, his guitar solos alternating with its disappearance in the public. Curved handle on his guitar, he touches people and is immediately teased by an outbreak of applause and whistles of contentment. He captivates the audience. « I want everything to be magnified / I want everything to be magnified in this life. » « Do something that stirs my curiosity. » He is capable of anything: « I’ll go into the room like a wave, and I’ll drown you. » The clown-poet-troubadour has a secret: he lived for several months with the solitary eagle and pope folk-pop committed in the 70s Leonard Cohen (do you remember the song « Hallelujah » wonderfully taken later by Jeff Buckley, and also « So Long Marianne »?); Cohen, spiritual thinker has turned his life in enjoyment of life, women, fun, all earthly pleasures, but in spirituality. The two jokers had to get along… At La Maroquinerie, in Paris, Troy Von Balthazar has chained his neo-romantic-electro songs with sincerity and jubilation. Adeline Fargier, androgynous angel, joined Troy Von Balthazar, singing and scratching saturated guitar. The concert ends. Troy Von Balthazar can no longer singing. Conquered, the audience does not want to leave, but Troy disappears completely after the third booster. Anyway, rare! The heyday of Troy Von Balthazar may have sounded. SA

————

Le beau mage
“J’ai décidé de renoncer à tout pour la musique. Je n’ai pas de maison, pas de famille, pas d’argent… C’est dans la musique que je trouve la joie. Elle représente mon concept du bonheur, et les moments de pure extase qu’elle me procure valent amplement tous les sacrifices.” Troy Van Balthazar (extrait – Télé Moustique/Jérôme Colin)

Entrer dans l’univers généreux et joueur de Troy Von Balthazar, c’est en prendre plein la gueule, d’entrée de jeu. Leçons de dé-sinnhibition, de liberté… Sautant et virevoltant, se roulant sur la scène, plein de la joie d’être là. L’oiseau rare, originaire d’Hawaï, fait tout en même temps : ajuste son sampler, gratte les cordes de sa guitare électrique, chante à s’époumoner ou en poussant des cris de chat lubrique, fait marrer et décoller le public : « Are you ready to hear a very bad song ? », ou « I forgot the words of my songs ». Son corps désarticulé fait un peu la navette entre la scène et la salle, il émoustille le premier rang. A une jeune fille, il demande : « What’s your name ? » ; puis, il enregistre sa réponse sur un petit enregistreur de poche pourri qu’il repasse sur scène, pour tout le monde au micro. C’est un fiasco, mais le public n’arrête pas de se détendre. « On a un pote marrant, un vrai poète sincère, qui est passé à la maison, il nous a bien fait rire »… c’est un peu ça qu’on ressent, quand on découvre le phénomène Troy Von Balthazar : une proximité immédiate, pas d’artifices et d’entrée en matière. Mélodies et beaux textes, pop au ras du trottoir, accents folk torturés à l’électro. On pense un peu à Eliot Smith. Chokebore (son ex-groupe dont il était le chanteur furieux) n’est pas loin, sauf que Troy Von Balthazar, devenu chanteur solo, insiste sur un répertoire hyper-léché à l’acoustique, quasiment dépouillé. Ses solos de guitare s’accompagnent de disparitions dans le public devant la scène. Recourbé sur le manche de sa gratte, il frôle les gens et se fait aussitôt asticoter par une flambée d’applaudissements et de sifflets de contentement. Il captive, sa folie et sa spontanéité font des ravages. Sa présence enfièvre par ses loufoqueries. On se laisse envahir par les sons, les beaux mots, sa joie (« I want everything magnified/Je veux que tout soit magnifié dans cette vie », « Faites quelque chose qui attise ma curiosité »). Il est capable de tout : « J’entrerai dans la pièce comme une vague, et je te noierai ». Le clown-poète-troubadour a un secret : il a vécu plusieurs mois chez l’aigle solitaire Léonard Cohen, pape de la musique folk-pop engagée des années 70 (le sublime « Halleluia » repris merveilleusement plus tard par Jeff Buckley, et aussi « So Long Marianne ») ; Cohen, penseur spirituel très tourné vers la jouissance revivifiante de la vie, les femmes, le plaisir, tous les plaisirs terrestres, mais dans la spiritualité, sa spiritualité. Les deux loustics ont dû bien s’entendre… A la Maroquinerie, le 4 décembre 2006, Troy a enchaîné ses chansons mâtinées d’accents néo-romantico-électro avec sincérité et jubilation. Gratte saturée aussi pour Adeline Fargier au corps de jeune liane, qui rejoint Troy avec sa voix birkinisante et son visage d’ange androgyne. C’est la note de sensualité du groupe, la fée qui vient compléter les clowneries de l’homme-orchestre. Le concert se termine. Troy n’en peut plus. Conquis, emballé par la joie communicative de l’artiste, le public ne veut pas quitter la salle. Mais il n’a plus le choix : Troy disparaît tout à fait après le troisième rappel. Quand même ! Rare ! L’heure de gloire de Troy Von Balthazar a peut-être sonné… SA

Tchéky Karyo

© Universal Music

© Universal Music

CD & DVD Tchéky Karyo / « Ce lien qui nous unit » (© Mercury-Universal Music)
(interview’s extracts from film DVD)
http://www.imdb.com/name/nm0001409
http://www.myspace.com/tchekykaryo

« Ce lien qui nous unit » (That bond that unites us)

Yves Saint Laurent said: « If I had not done the haute couture, I would have been a beatnik. » Tchéky Karyo (real name Baruh Djaki Karyo) chose to be an actor, and that is what he did over twenty years.

At Le Zèbre de Belleville, Paris, Tchéky was signing Garcia Lorca and Paco Ibanez (« La Cancion del Ginette », aka « La luna negra »), Victor Cordero Aurrecoechea (« Noche de Angustia »), Etienne Roda-Gil (« Gibraltar »), Léo Ferré, and several of his songs written with Philippe Pigeard, Frederic Lo, Daniel Darc and Christiane Cohendy. Blues influences him, but also Eastern and Hispanic Music. No borders! The sound of acoustic guitars transports us into the nervous and vibrant Spain, flamenco songs, the scent of saffron, clove, cumin and orange blossom. « One day, in a dream, I saw a huge elephant in the doorway, where I lived. His head came a cart in which there was a cobra who looked at me and gave me a wink. There was a sense of well-being in this dream. I imagined that this was the meeting of eroticism and wisdom. This dream has accompanied me throughout my life, » This vision was born « The White Elephant », a song which Tchéky written with Philippe Pigeard (group Tanger). With « She Swings », « Mona Lisa », « In our two Hearts », « Fragrance », Tchéky evokes the woman, elusive or offered…

Like millions of uprooted, Tchéky followed his family from Turkey to take root in a more promising elsewhere. His culture and heart were found shared early, between East and West. It draws his strength, his pride. Tchéky Turk-French, metico and different. His charm and charisma led him naturally to the theater, a difficult and exhilarating art. « To live in the skin of different characters, live bits of memory », he said. « Act is a way to surprise, to prove that we can go wherever we want to go. Should be integrated, this is a concept that was very important (…) at a time in my life where there was a lot of commotion in me and anger (…). Become actor, it was a way of seek harmony, balance with myself, because I work with human ‘hardware’. Then we learn to know and learn about others (…) It is a treasure buried in us, an organic material. It moves, it boils. Difficult to describe. It stinks, it smells good, it is fragile and ephemeral. Fears, worries… »

After « Le Mas des alouettes » by the Taviani brothers, Tchéky Karyo prepared for other films: « Aux armes, etc » by Laure Hassan; « Cerfs-Volants » adapted from the novel by Romain Gary and directed by Jerome Cornuau for France 3 TV channel.

Like his compatriot Nazim Hikmet, Tchéky Karyo traces his way against all odds. Even if his beliefs are not as deeply political, he expresses, through his attitudes and choices artist, his desire to defend the human beeing values.

« I’m in the clarity that comes forward, my hands are all full of desire. The world is beautiful, my eyes never tire of looking at the trees, the trees so green, the trees so full of hope. A path goes through the mulberry trees. I’m at the window of the infirmary, I do not feel the smell of drugs. Eyes had opened somewhere. Being captive, that is not the question, it is not to surrender, that is.  » (Nazim Hikmet, extract from « Three poems » written in prison). SA

——-

« Ce lien qui nous unit »

Yves Saint Laurent a dit : « Si je n’avais pas su faire de la haute couture, j’aurais aimé être un beatnik… » Tchéky Karyo (de son vrai nom Baruh Djaki Karyo), lui, a choisi d’être acteur, un métier qu’il exerce avec brio depuis plus de vingt ans.

Le soir du Zèbre de Belleville, Paris, Tchéky chante Garcia Lorca et Paco Ibanez (« La Cancion del Ginette », aka « La luna negra »), Victor Cordero Aurrecoechea (« Noche de Angustia »), Etienne Roda-Gil (« Gibraltar »), Léo Ferré… et plusieurs de ses chansons concoctées avec Philippe Pigeard, Frédéric Lo, Daniel Darc, Christiane Cohendy. Influences blues, mais surtout orientales et hispaniques. Musiques sans frontières. Le son des guitares sèches nous transporte dans la nerveuse et vibrante Espagne, les chants flamencos, les senteurs de safran, de clou de girofle, de cumin et de fleur d’oranger… Un jour, dans un rêve, j’ai vu un énorme éléphant dans l’encadrement d’une porte, là où j’habitais. De sa tête sortait un panier dans lequel il y avait un cobra qui me regardait et me faisait un clin d’œil. Il y avait un sentiment de bien-être, dans ce rêve ! J’ai imaginé que c’était la rencontre de l’érotisme et de la sagesse. Ce rêve m’a accompagné toute ma vie. De cette vision est né « Les Eléphants blancs », un morceau sur lequel Tchéky a travaillé, entre autres, avec Philippe Pigeard du groupe Tanger. Avec « Elle se balance », « Joconde », « A nos deux cœurs », « Fragrance » enfin, Tcheky évoque la femme, insaisissable ou offerte…

Comme des millions de déracinés, Tchéky a suivi sa famille depuis la Turquie pour prendre racine dans un ailleurs plus prometteur. Sa culture et son cœur se sont trouvés partagés, très tôt, entre l’Orient et l’Occident. Il en tire sa force, sa fierté. Tchéky le Turc français, le métèque. Tellement différent, que son charme et son charisme le mènent tout naturellement vers le théâtre, un art difficile et à la fois exaltant. « Pour habiter des personnages et extraire de soi des bouts de mémoire, dit-il. Jouer la comédie, c’est une façon de se surprendre, de prouver qu’on peut s’intégrer partout où l’on va. Il faut s’intégrer, c’est une notion à laquelle je tiens énormément (…) Dans une période où il y avait beaucoup de turbulences à l’intérieur de moi, de la colère (…), je me suis dit qu’être acteur, c’était peut-être une manière de chercher l’harmonie, l’équilibre avec soi-même, parce qu’on travaille avec la matière humaine. Donc on apprend à se connaître et à mieux connaître les autres (…) On a un trésor enfoui à l’intérieur de soi, une matière organique. Ça bouge, ça bout, ça pue, ça sent bon, c’est fragile, c’est éphémère. Très difficile d’exprimer ce monde-là ! (…) Ce sont des ombres, des chuchotements, des peurs, des inquiétudes…

Après « Le Mas des alouettes » des frères Tavian, Tchéky Karyo se prépare pour d’autres tournages : « Aux armes, etc » de Laure Hassan ; et un téléfilm adapté des « Cerfs-Volants », le roman de Romain Gary, et réalisé par Jérôme Cornuau pour France 3.

Comme son compatriote, Nazim Hikmet, Tchéky Karyo trace son sillon envers et contre tout. Même si ses convictions ne sont pas aussi profondément marquées politiquement, à travers ses attitudes et ses choix d’artiste il exprime sa volonté de défendre les valeurs qui font les hommes sincères et intègres, celles qui installent longtemps la paix dans les cœurs.

« Je suis dans la clarté qui s’avance, mes mains sont toutes pleines de désir. Le monde est beau, mes yeux ne se lassent pas de regarder les arbres, les arbres si verts, les arbres si pleins d’espoir. Un sentier s’en va à travers les mûriers. Je suis à la fenêtre de l’infirmerie, je ne sens pas l’odeur des médicaments. Les œillets ont dû s’ouvrir quelque part. Être captif, là n’est pas la question, il s’agit de ne pas se rendre, voilà. » (Nazim Hikmet, extrait de « Trois poèmes » écrits en prison) SA

Télérama.fr, 14 Feb. 2013 http://www.telerama.fr/cinema/tch-ky-karyo-etre-bon-acteur-c-est-une-fa-on-de-devenir-un-homme-meilleur%2c93548.php#xtor=EPR-126-newsletter_tra-20130214

Ron Mueck

© D.R.

D.R.

D.R.

D.R.

The Little Boy - D.R.

The Little Boy – D.R.

Spooning Couple - D.R.

Spooning Couple – D.R.

D.R.

D.R.

D.R.

D.R.

D.R.

D.R.

http://fondation.cartier.com/#/fr/home

Exhibition of sculptor Ron Mueck – Fondation Cartier, 261, Bd Raspail, Paris 14e – Fondation Cartier, Paris, du 16 avril au 27 octobre 2013. Fondation Proa, Buenos Aires du 16 novembre 2013 au 23 février 2014. Musée d’Art moderne, Rio de Janeiro du 19 mars au 1 juin 2014.
We do not know if we should be taken fright or touched by the naked or dressed in fiberglass and silicone Ron Mueck’s bodies. In any case, we are impressed by their size substantially smaller than ours, or monumental as that crouching five meters high Boy… The whole work occupies the ground floor: we can also see Wild Man, a giant nude with dark features and wild look; Spooning Couple, a man and a woman one elongate side by side; Mask III, the huge face of a black woman; Two Women, two old ladies who observe a mysterious event very far; In Bed, a gigantic woman who wakes up gently in her bed. Veins, wrinkles, sagging skin, moles, hair, redness, Ron tries to make his characters liveliest possible, and dares to tackle subjects usually taboo, namely the eternal and universal cycle of life, the birth to death.

http://fondation.cartier.com/#/fr/art-contemporain/26/expositions/866/ron-mueck/862/ron-mueck/

Ron Mueck was born in Melbourne, Australia, in 1958. He began his career in Australia as a creator of puppets for TV shows for children.
In 1986, he moved to Los Angeles to work in films. Then he moved to London and joined the team of director Jim Henson, TV Muppet Show Sesame Street. In films, he is responsible for special effects.
In 1990, he founded his company and manufactured models for the advertising industry in Europe.
In 1996, he created for his mother in law, the painter Paula Rego, a hyper-realistic sculpture of Pinocchio. This sculpture was a model for a series of paintings on the theme of Disney she makes for an exhibition at Hayward Gallery, London. His sculpture is noted by Charles Saatchi, who soon ordered several sculptures for his collection. A year later, Ron Mueck parted in the exhibition Sensation: Young British Artists from the Saatchi Collection at the Royal Academy of Arts in London. His work Dead Dad attracted attention. He participated in numerous group exhibitions and collections into a large number of museums in Europe and the world.
In 2000, he was invited by the National Gallery in London as an artist associated for a period of two years, which give rise to an exhibition at the Museum of Contemporary Art in Sydney, Frans Hals Museum Haarlem and National Galerie im Hamburger Bahnhof, Museum für Gegenwart in Berlin (2003).
In 2001, during the 49th Venice Biennale, the artist presented at the Arsenal Boy, a monumental piece.
In 2002, the Hirshorn Museum and Sculpture Garden in Washigton dedicated a personal exhibition.
The exhibition at the Fondation Cartier pour l’Art contemporain in Paris is the first exhibition of the artist in France. For it, he created 5 new sculptures. Then they were received in 2006 and 2007 by the Scottish National Gallery of Modern Art, Edinburgh (August-October 2006, Brooklyn Art Museum, New York (November 2006 – February 2007) and musée des Beaux-Arts, Ottawa, Canada (February-May 2007). SA

————-

Exposition à Paris du sculpteur australien ultra réaliste Ron Mueck – Fondation Cartier, 261, Bd Raspail, 14e – Fondation Cartier, Paris, April 16 through Oct. 27 2013. Fondation Proa, Buenos Aires Nov. 16 2013 through Feb. 23 2014. Musée d’Art moderne, Rio de Janeiro March 19 through June 1 2014.
On ne sait si on doit être pris d’effroi ou attendri par les corps nus ou habillés en fibre de verre et silicone de Ron Mueck. En tout cas, on est impressionné par leur taille, sensiblement plus petite que la nôtre, ou monumentale comme ce Boy accroupi de cinq mètres de haut… L’ensemble de l’oeuvre occupe le rez-de-chaussée : on peut y voir aussi Wild Man, un géant nu aux traits sombres et à l’allure sauvage ; Spooning Couple, un homme et une femme nus allongés l’un à côté de l’autre ; Mask III, le visage immense d’une femme noire ; Two Women, deux vieilles dames semblant observer au loin un mystérieux événement ; In Bed, une femme gigantesque qui s’éveille doucement dans son lit. Veines, rides et ridules, peau détendue, grains de beauté, pilosité, rougeurs, Ron tente de rendre ses personnages les plus vivants possible, et ose aborder des sujets habituellement tabous, à savoir le cycle éternel et universel de la vie humaine, de la naissance à la mort.

http://fondation.cartier.com/#/fr/art-contemporain/26/expositions/866/ron-mueck/862/ron-mueck/

Ron Mueck est né à Melbourne, Australie, en 1958. Il commence sa carrière en Australie comme créateur de marionnettes pour des émissions TV pour enfants.
En 1986, il part à Los Angeles pour travailler pour le cinéma. Il s’installe ensuite à Londres et rejoint l’équipe du réalisateur Jim Henson pour les émissions de TV Sesame Streetet Muppet Show. Au cinéma, il est chargé des effets spéciaux de longs métrages.
En 1990, il fonde sa société et fabrique des mannequins pour l’industrie publicitaire européenne.
En 1996, il crée pour sa belle-mère, la peintre Paula Rego, une sculpture hyperréaliste de Pinocchio. Cette sculpture sert de modèle pour une série de tableaux sur le thème de Disney qu’elle réalise pour une exposition à Hayward Gallery, à Londres. Sa sculpture est remarquée par Charles Saatchi, qui lui passe bientôt commande de plusieurs sculptures pour sa collection. Un an plus tard, Ron Mueck participe à l’exposition Sensation : Young British Artists from the Saatchi Collection à la Royal Academy of Arts de Londres. Son œuvre, Dead Dad, attire l’attention. Il participe à de nombreuses expositions collectives et entre dans les collections d’un grand nombre de musées en Europe et dans le monde.
En 2000, il est invité par la National Gallery de Londres en tant qu’artiste associé pour une période de deux ans, ce qui donne lieu à une exposition itinérante au Museum of Contemporary Art de Sydney, au Frans Hals Museum Haarlem et à la National Galerie im Hamburger Bahnhof, Museum für Gegenwart, Berlin (2003).
En 2001, durant la la 49e Biennale de Venise, l’artiste présente à l’Arsenale une pièce monumentale, Boy.
En 2002, le Hirshorn Museum and Sculpture Garden, à Washington, lui consacre une exposition personnelle.
L’exposition à la Fondation Cartier pour l’art contemporain est la première exposition personnelle de l’artiste en France, pour laquelle l’artiste a réalisé cinq nouvelles sculptures. Elles seront ensuite accueillies, en 2006 et 2007, par : Scottish National Gallery of Modern Art, Édimbourg (août – octobre 2006) ; Brooklyn Art Museum, New York (novembre 2006 – février 2007) ; musée des Beaux-Arts du Canada, Ottawa (février – mai 2007). SA

Hubert Sauper – The Yes Men

APA-Foto: Claudia Bokmeier

Hubert Sauper-© APA-Foto: Claudia Bokmeier

D.R.

The Yes Men-D.R.

http://www.coop99.at/darwins-nightmare/index.htm

© Hubert Sauper

© Hubert Sauper

http://theyesmen.org/

© The Yes Men

© The Yes Men

Movie: « LE CAUCHEMAR DE DARWIN » (DARWIN’S NIGHTMARE) by Hubert Sauper
Austria, France, Belgium****/Publisher: MK2
We still remember the edifiant « Supersize Me » by Morgan Spurlock, « firebrand » against the evils of American junk food, and particularly that of McDonald… Since Michael Moore had made movies to ridicule U.S. multinationals (« The Big One ») or to investigate the firearms’ market in the United States (« Bowling for Columbine » ), a bitter, outrageous and cruel reality appears, filmed by many talented filmmakers who advocate in their own way their opposition to globalization. Sauper just goes to show. His unbearable images talk about the cruel reality of Mwanza, Tanzania. A part of the poor people, abandoned to its fate (plundering of their resources, famine, prostitution, violence, AIDS), is exploited in an industry seemingly flawless: the large-scale fishing of Nile perch in Lake Victoria. Through the investigation of Sauper, we also discover that freighters in charge to bring the fish, bring weapons in their bunkers mainly from Europe. The documentary of Hubert Sauper is a summary of the state of the world, which is struggling under a liberal economic logic.

Movie: « THE YES MEN » by Chris Smith, Dan Ollman and Sarah Price
USA***/Publisher: BLAQ OUT
The tone ? Parody and imposture. Bichlbaum and Mike Bonanno embody the verve and humor. They attend seminars and conferences, let themselves be interviewed, speech around the world (Paris, Tampere, Finland, Salzburg, Australia…) introducing themselves as representatives of the World Health Organization. They note that the neoliberal discourse and hoaxes also work well as the other. At each lecture, a motionless and silent audience of business men and women swallows all, and applaud at the end of their most incoherent and sarcastic speech. The biggest sham Andy and Mike was when they declared that the WHO had decided to change its strategy and vote now on bills that would serve the profit at the expense of the human. The purpose of all this: reacting media, and make people aware of the seriousness of the situation. Bring to dismantle the logic of organizations like the WHO, caught up in globalization. To achieve this, the favorite game of Andy and Mike is to use the same dialogue, but slightly modified, as the High Court, namely: « The rich are right because they have the power… The labor and the relocation in the developing countries, it is better than slavery… The recycling of waste food for men (including human waste), it is the future, etc. » Bonnano and Andy make tons. Everything is filmed. And it works! To some extent. At the end, the students do not make themselves trap.

Conclusion:
Both films might lead to the same conclusion: the inequalities and disparities between the North and the South, and the outrageous methods used for the only economic profits. The world cannot continue to be managed as if nothing had happened. Exit the soothing speeches : this is the opinion of the « activists » directors. There is no happy globalization. In other words, progress, okay, but not at the expense of the welfare and comfort of all living beings on this planet, every blade of grass which grows there. Under the guise of democracy, humanity bends under the weight of economic obligations. SA

———-

Film : « LE CAUCHEMAR DE DARWIN », d’Hubert Sauper
Film autrichien, français, belge (note : 4 points, bonus : pas vu, MK2 n’ayant pas encore le DVD)
Editeur : MK2
On a encore tout frais à l’esprit l’édifiant « Supersize Me » du réalisateur Morgan Spurlock, « brûlot » contre les méfaits de la malbouffe américaine, et celle de McDonald en particulier… Depuis que Michael Moore met à profit le droit à la liberté d’expression en réalisant des documentaires pour brocarder les multinationales américaines (« The Big One ») ou enquêter sur le marché des armes à feu aux Etats-Unis (« Bowling for Columbine »), une réalité amère, scandaleuse et cruelle se fait jour, filmée avec talent par de nombreux réalisateurs qui prônent, à leur façon, leur opposition à la mondialisation. Hubert Sauper se contente de montrer. Les images, insoutenables, parlent de la cruelle réalité de Mwanza, en Tanzanie. Une partie de la population pauvre et abandonnée à son sort (pillage de leurs ressources, famine, prostitution, violence, sida) y est exploitée dans une industrie apparemment sans faille : la pêche à grande échelle de la perche du Nil, dans le lac Victoria. Seul hic : le produit de cette pêche part vers les pays riches, ne laissant que des carcasses pourrissantes sur place et une population désespérée. Grâce à l’enquête approfondie de Sauper, on découvre aussi que les avions cargos chargés de ramener le poisson apportent, dans leurs soutes, des armes, essentiellement d’Europe. En un seul documentaire, Sauper fait le résumé de l’état du monde, qui ploie sous une économie libérale d’une logique implacable.

Film : « THE YES MEN », de Chris Smith, Sarah Price et Dan Ollman
Film américain (note 3 points ; bonus : 1 point)
Editeur : BLAQ OUT
Sur le ton de la parodie et de l’imposture, Andy Bichlbaum et Mike Bonnano, eux, s’activent avec brio et humour. Ils participent à des séminaires et des conférences, se laissent interviewer, fond des discours aux quatre coins du monde (Paris, Tampere en Finlande, Salzbourg et jusqu’en Australie) en se faisant passer pour des représentants de l’OMC (Organisation mondiale de la santé). Ils constatent alors que discours néolibéralisme et canular font bon ménage. A chaque fois, une assemblée immobile d’hommes et de femmes d’affaires, silencieuse, gobe tout et applaudit à la fin de leurs discours les plus incohérents et sarcastiques. La plus grosse imposture d’Andy et Mike : celle de déclarer que l’OMC aurait décidé de changer sa stratégie et de mettre désormais en avant le facture humain plutôt que le profit . Le but de tout ça : faire réagir les médias et prendre conscience de la gravité de la situation. Amener à démonter la logique d’organismes comme l’OMC pris dans l’engrenage de la mondialisation. Pour y parvenir, le jeu préféré d’Andy et Mike consiste à utiliser le même dialogue, mais un peu modifié, que celui de la grande instance, à savoir : « Les riches ont raison parce qu’ils ont le pouvoir… La main-d’œuvre et les délocalisations dans les pays en voie de développement, c’est mieux que l’esclavage… Le recyclage des déchets en nourriture pour les hommes (y compris les excréments humains), c’est l’avenir, etc. » Andy et Bonnano en font des tonnes, tout est filmé. Et ça marche ! Bon, jusqu’à un certain point quand même, les étudiants ne s’y laissent finalement pas prendre.

Conclusion :
Ces deux films amènent à la même conclusion : les inégalités et les disparités entre le Nord et le Sud, les méthodes scandaleuses utilisées en vue des seuls profits économiques. Le monde ne peut continuer d’être géré comme si de rien n’était. Exit les discours lénifiants ! C’est l’opinion de ces réalisateurs « activistes ». Il n’y a pas de globalisation heureuse. Autrement dit : le progrès, d’accord, mais pas au détriment du bien-être et du confort de chacun des êtres vivants de cette planète, de chaque brin d’herbe qui y pousse. Sous couvert de démocratie, l’humanité ploie sous le poids des obligations économiques. SA